la dame de reikjavik

Polar d’un contenu accrocheur, « La dame de Reykjavik » est un ouvrage publié le 15 octobre 2015. Ragnar Jonasson nous relate le destin fatal d’une jeune réfugiée russe morte en terre islandaise après être tombée d’une falaise.

Si le roman policier est écrit dans un style qui force l’admiration, il met également en exergue certaines tares de la société islandaise qui se font découvrir des lecteurs.

Description de l’ouvrage

La dame de Reykjavik de l’auteur Ragnar Jonasson est un mélange entre le roman noir et la littérature blanche sentimentale. L’écrivain raconte une histoire pourvue d’une puissance émotionnelle inouïe. Si le déroulé du scénario peut vous paraître basique, vous ne pourrez pas vous empêcher d’être touché par les ingrédients avec lesquels le récit est assaisonné.

Alors que la mort d’une jeune russe a été classée comme étant un suicide, Hulda, une dame de 64 ans va ouvrir des investigations pour élucider l’affaire. L’enquêtrice, bientôt retraitée, se trouve contrariée par sa hiérarchie qui lui met des bâtons dans les roues.

Ragnar Jonasson parle de combien il est difficile d’être une personne de sexe féminin dans un univers d’hommes sexistes. Il décrit le mental de résistant que s’est construit Hulda, la vieille enquêtrice, afin de ne pas se laisser démolir par les hommes au milieu desquels elle se trouve. Néanmoins, lorsque l’enquête sera réouverte, elle sera quelque peu fragilisée par le souvenir de certains faits liés à son passé.

Roman féministe parlant aussi de la vieillesse, « la dame de Reykjavik » est un chef-d’œuvre qui met en évidence la pauvreté, le poids du passé, la mélancolie ainsi que la solitude. Hulda s’évertue à aller contre ces différentes plaies, mais le zèle dont elle fait preuve n’est pas forcément en passe d’être rétribuée.

Pendant que le récit se déroule, le lecteur est tellement obnubilé par la subtilité qui habite l’alternance des faits qu’il en vient à ne pas voir surgir la fin du scénario qui est des plus imprévisibles.

La relation du bouquin avec l’Islande

Lorsque vous lisez « La dame de Reykjavik », vous sentez une présence forte du paysage social islandais au travers de certains faits, pour les personnes qui connaissent l’Islande. En effet, l’ouvrage met en exergue les conditions de vie désastreuses qui se font déplorer au niveau des centres d’accueil islandais avec un focus double.

Le lecteur découvre dans un premier temps l’attitude du personnel qui travaille dans ces centres avant d’appréhender le mauvais traitement fait aux migrants et aux réfugiés.

Article similaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *